Tirage au sort et démocratie représentative.

 

Certaines personnes pensent avoir trouvé une solution miraculeuse aux nombreux problèmes soulevés par les gilets jaunes : choisir nos représentants par tirage au sort.
Examinons les avantages et les inconvénients du tirage au sort et de la démocratie représentative.
La démocratie représentative repose sur le suffrage universel. Les électeurs choisissent, à bulletins secrets, des maires, des conseillers départementaux et régionaux, des parlementaires et le président de la république parmi des personnes qui sont candidates. Pour convaincre les électeurs de leur accorder leurs suffrages, les candidats présentent un projet politique. Afin de disposer d’une majorité indispensable pour gérer les diverses collectivités locales et le pays, les candidats ayant le même projet politique se regroupent et forment un parti politique. Les électeurs peuvent interpeler leur élu, qu’ils aient ou non voté pour lui, et s’ils ne sont pas satisfaits, ils ont tout loisir de ne pas le réélire. Enfin, un élu, et c’est humain, souhaite être réélu, c’est une motivation importante pour assumer son mandat du mieux possible.
Si les représentants du peuple sont tirés au sort, le risque est grand de se trouver dans des situations ingérables, ubuesques voire dangereuses. En effet, la personne tirée au sort peut très bien ne pas être intéressée par ce qu’on lui propose. On peut également tirer au sort une personne démagogique et incompétente, voire peu équilibrée qui œuvrera en dépit du bon sens. Dans un tel système, les majorités seront très difficiles à trouver or elles sont indispensables pour gouverner. Les personnes désignées par tirage au sort n’auront pas de comptes à rendre à leurs concitoyens n’ayant pas été choisies par ceux-ci et pratiquement aucune probabilité d’être réélu. Le chaos qui risque de résulter d’un tel système de désignation des représentants conduira immanquablement à l’émergence d’un pseudo homme providentiel, charismatique et/ou autoritaire : ainsi Bonaparte a profité des divisions internes du directoire pour le renverser par la force des baïonnettes.
Nous devons rechercher des aménagements aux fonctionnements de nos institutions afin de permettre aux français de participer davantage à la gestion des affaires publiques mais ne pas remettre en cause le socle d’une démocratie représentative : le suffrage universel, une personne égale une voix.
Restons vigilants, ne lâchons pas la proie pour l’ombre !

Victor Pécastaing

 

Related posts

Laisser un commentaire