Intervention d’Isabelle Dufau, lors de la soirée « mai 68 , mai 2018: sous les pavés l´avenir. »

Soirée mai 68/ mai 2018
Les visions du passé, du présent et du futur des luttes sociales de progrès

Si on regarde 50 ans en arrière, la période de mai 1968, a été une période avec de nombreuses similitudes avec celle que nous connaissons aujourd’hui :
* Un contexte économique, avec un taux de chômage important, des salaires bas, de nombreux ouvriers au SMIG, des conditions de travail dégradées,
* Une jeunesse étudiante mobilisée dans des universités surchargées, très critiques sur leur avenir, des universités connaissant déjà des problèmes de sélection,
* Des inégalités criantes, notamment du côté de droits des femmes, et des enfants,
* Un pouvoir centralisé et des médias souvent partisans.

Cette période a permis des avancées considérables dont nous bénéficions encore aujourd’hui aux plans culturels, politique, salarial, éducatifs… mais malheureusement, des coups durs se multiplient venant d’un Gouvernement qui ne s’embarrasse pas avec les questions socio-économiques, privilégiant les plus favorisés, les plus riches et les plus grandes entreprises.

Aujourd’hui, ben que le contexte soit lui aussi comme en 68 explosif, nous sommes très sceptiques sur de nouvelles avancées malgré une mobilisation de nombreuses catégories : fonctionnaires ( ehpad, hôpital, justice…), cheminots, étudiants, salariés…
Les revendications sont justifiées, partagées pour la plupart par la population, nous pensons aux personnels des ehpads, ou de l’hôpital. Mais d’autres mouvements sont moins soutenus et méritent qu’on se mobilise, qu’on explique les enjeux et les conséquences des décisions au plan national, qu’on relaie les revendications.
Nous pensons aux cheminots par exemple, car il y a énormément d’idées reçues et de fausses informations qui circulent sur leurs soi-disants avantages …
Le Président de la République et le gouvernement utilisent des méthodes brutales ( ordonnances sur les lois travail), des simulacres de concertation ( négociations pipées sur la réforme ferroviaire) , et pire maintenant les forces de l’ordre pour réprimer les Mouvements.

Et l’avenir maintenant
Pour nous, la priorité absolue est de préserver les services publics, acquis de longues dates, parfois de hautes luttes.
C’est pourquoi, nous nous inscrivons sans ambiguïté dans les mouvements actuels.
Nous défilerons demain 1 et mai, afin de défendre le progrès social et manifester encore notre désaccord profond avec les politiques conservatrices et libérales du Président MACRON et de son Gouvernement, bien sûr aux côtés des Organisations Syndicales.
Nous dénonçons les attaques menées par un Président (des riches ) qui est capable de faire un cadeau fiscal de 5 milliards d’euros aux plus riches de notre pays, et  »en même temps », diminuer le pouvoir d’achat de nos retraité.e.s et des fonctionnaires.

Parce que la politique actuelle porte atteinte aux ouvrier.e.s, aux salarié.e.s, aux retraité.e.s, aux fonctionnaires, aux étudiant.e.s, et plus largement à notre cohésion sociale, nous espérons être le plus nombreux possible.

Au-delà des services publics, et pour en revenir à mai 68, il est essentiel également de préserver nombre d’acquis de cette période bouillonnante et créatrice:
* Les acquis sociaux, syndicaux, salariaux, éducatifs, …
Les valeurs défendues en mai 68, sont toujours d’actualités, et doivent être défendues voire amplifiées: l’autonomie, l’autogestion voire la cogestion, la participation des citoyens, l’égalité salariale, les libertés ….
C’est pourquoi, nous saluons cette initiative ce soir et espérons qu’elle sera suivie de nombreuses autres, dans un esprit de fraternité .

C’est ce que nous pratiquons à Tarnos, avec une action politique d’union de la Gauche, engagée et volontariste .

Isabelle Dufau, porte parole du groupe Ps de Tarnos.

Related posts

Laisser un commentaire