Hommage à Berthe et Louis HERVELIN

Un hommage a été rendu à Louis Hervelin, véritable héros de la Seconde Guerre mondiale, ainsi qu’à sa femme, Berthe, figure de la résistance. Tous deux sont décédés au mois de mars, à quelques jours d’intervalle.

Mercredi dernier, un hommage a été rendu à Louis Hervelin, décédé dans sa 97e année, lors d’une cérémonie militaire au monument aux morts de Boucau en présence d’une importante assistance dont les maires de Boucau, Tarnos, Anglet, Biaudos et autres élus, un détachement de l’armée de l’air, une haie de porte-drapeaux, de nombreux Boucalais, Tarnosiens et habitants des communes voisines. Louis Hervelin vient de rejoindre son épouse Berthe Hervelin, née Sanz, décédée quelques jours plus tôt.
Tous deux ont formé un couple inséparable pendant leurs 73 années de mariage, et un couple remarquable pour son engagement lors de la Seconde Guerre mondiale. Louis Hervelin entre dans l’armée de l’air à 16 ans, combat pour son pays, connaît la débâcle, rejoint l’AOF (Afrique occidentale française), où il est breveté radio-navigant. Après 1942, il part pour l’Angleterre où il est pris en charge par la Royal air force (RAF). Ce Bayonnais d’origine et ses compagnons bénéficient d’un entraînement particulier faisant d’eux « des combattants valables », permettant de constituer deux « groupes lourds » (1).
Louis Hervelin a enchaîné 32 missions de bombardement sur des centres vitaux d’Allemagne ou en territoire occupé par les nazis, les missions les plus mémorables ayant été accomplies le 5 juin 1944, jour du débarquement en Normandie, sur la pointe du Hoc et la gare de Saint-Lô.
Ensuite, Louis Hervelin est devenu instructeur à la RAF, a déroulé sa carrière au Maroc, à Aix-en-Provence, en Algérie, en Alsace, jusqu’à sa nomination à Bordeaux, en tant que colonel et chef de cabinet du commandant de la région aérienne.
Plusieurs décorations
Ses actions exceptionnelles lui ont valu plusieurs décorations, dont la Distinguished flying medal (DFM), la Légion d’honneur (commandeur) et l’Ordre national du mérite. Revenu à la vie civile, il a élu domicile à Tarnos, s’est impliqué dans la vie associative, a contribué à la création de la Cale, à Boucau, dont il est devenu président de l’amicale. Il a conclu son parcours professionnel en tant que chargé de la formation chez Dassault, à Anglet.

Son épouse, Berthe Hervelin, née dans une famille de Boucau impliquée dans des réseaux de résistance (la famille Sanz), était elle-même engagée dans le réseau André-Bouillard. Employée aux écritures à la mairie de Bayonne sous l’occupation, elle dérobait des documents, fabriquait ou volait de faux papiers, contribuait au passage de la ligne de démarcation de prisonniers évadés, de réfugiés, de résistants. Dénoncée, elle a été arrêtée par la Gestapo en août 1941, emprisonnée trois mois au Château Neuf, avant d’être relâchée par chance et de continuer ses activités clandestines.
La force de leur combat pour la défense des valeurs républicaines n’empêchait pas Louis et Berthe Hervelin d’avoir le caractère joyeux, Louis Hervelin a été le doyen du club Pottoroak de Bayonne où Berthe était attentive au concours gastronomique.

(1) Avions bombardiers quadrimoteurs Halifax, avec sept hommes à bord pouvant emporter 6 à 7 tonnes de bombes.

Journal Sud-ouest du 9 avril 2018.

Related posts

Laisser un commentaire